2ème étape du FinTech Tour | LORnTECH : la FinTech, un atout pour la région

0
452

Retour sur la deuxième étape de ce FinTech Tour, qui lancé en mars dernier dans le cadre de la feuille de route du Réseau Thématique French Tech #FinTech, s’est poursuivi dans une métropole très impliquée dans le secteur : la métropole French Tech LORnTECH.

Le 19 avril dernier, était réuni au Paddock de Nancy un panel d’acteurs variés de la région. Ainsi étaient présents : des fintech locales (SESAMm, Aston I trade, Yeeld, Pretup), des grands groupes (Caisse d’Epargne, RSM) mais aussi des représentants du secteur public (Métropole du Grand Nancy, Maire de Nancy) et les membres du Réseau Thématique #FinTech FrenchTech (LORnTECH, l’association Aprofin Lorraine Place Financière et Finance Innovation). Cet échange convivial, honnête et passionné a permis de mettre en lumière la richesse de la région en matière de FinTech mais aussi ses enjeux.

Une région propice à la FinTech

Historiquement, la région s’est rapidement positionnée sur la FinTech avec d’abord Boursorama, puis d’autres FinTech dont quelques-unes présentes ce soir-là, qui ont fait leur place dans l’écosystème national et international.

Ce développement loin d’être isolé, résulte notamment d’un positionnement géographique stratégique au cœur de l’Europe : au carrefour du hub financier luxembourgeois, de la recherche allemande en matière de cybersécurité et des frontières proches de la Suisse, la Belgique ou la Hollande.

Autre atout incontournable de la région : la richesse humaine, tant au niveau des compétences, que du prix compétitif de la main d’œuvre (pouvant être près de 8 fois moins élevé qu’aux Etats-Unis témoigne Pierre Rinaldi, CEO de SESAMm). Elle constitue une réelle force au niveau international pour des clients étrangers.

Point non négligeable également, en région il est bien plus aisé de se démarquer des FinTech concentrées à Paris : tant au niveau de la visibilité que des soutiens financiers et logistiques. Tous témoignent de l’apport de la métropole dans le décollage de la FinTech locale: la région, Bpifrance, Finance Innovation, les banques, actionnaire (ILP), laboratoire d’IA (Loria) et de cybersécurité (INRIA).

Ce soutien réel est volontaire. Une volonté collective de réussir : « c’est parce qu’on est fragile, pas spontanément attractif depuis le début de cette aventure LORnTECH, je constate que tout le monde a envie que ça marche. On avance collectivement » (François Werner, Vice-président de la Métropole du Grand Nancy délégué au numérique et à l’innovation). La métropole a fait le choix de retenir la FinTech comme l’une de ses 4 filières d’excellence européennes et ainsi de capitaliser sur ce terreau en devenant métropole #FinTech French Tech.

 

Des enjeux réels pour la région

Si la région a choisi de se positionner sur ce secteur, c’est que la FinTech joue un rôle clé dès aujourd’hui et aussi pour le futur. La FinTech est un levier pour le territoire tant en matière d’emploi direct qu’indirect. « La finance est un moyen, il est important qu’elle ait aussi un visage. » (Jean-Philippe Bolle, Aprofin). Entreprises, individus, associations tous sont liés à la finance : c’est un enjeu d’économie réelle.

Cet enjeu est mondial, et Laurent Hénart le maire de Nancy l’a bien compris : c’est l’ « occasion de prendre le virage avant les autres, pour Nancy c’est une vraie chance que de se positionner sur le secteur de la FinTech ».

 

Pour cela, la métropole a mis en avant 3 axes de priorité majeurs pour demain : l’attractivité du territoire, le recrutement et la collaboration entre différents structures.

L’attractivité est à construire ou du moins à renforcer, à commencer par la valeur humaine, la visibilité du territoire en particulier le numérique et la qualité de vie.

Certes, le vivier de compétences ne manque pas mais il attire également les régions transfrontalières alors que les FinTech (Aston I Trade, SESAMm…) cherchent à recruter aujourd’hui. Il faut aujourd’hui repenser la formation initiale et continue avec l’aide des FinTech.

Enfin, la collaboration FinTech/banques/université/laboratoire est indispensable pour repenser les métiers de demain. L’Université de Lorraine concentre ainsi l’ensemble des disciplines et répond aux croisements de problématiques de la FinTech (réglementation, numérique, finance…).

Cette deuxième étape à Nancy s’est conclue par un cocktail pour approfondir les défis de demain et capitaliser sur les acquis, car « s’il y a de la concurrence c’est qu’il y a un marché profond » (Nagib Beydoun, CEO Yeeld) !

Rendez-vous pour la prochaine étape le 15 mai à Lille!

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE