La Fintech Kriptown réussit le pari de l’ITO avec la levée de fonds de sa première start-up, Tako pour un montant de 475000 euros

0

Belle réussite pour deux start-up dont le destin était lié : Tako, l’application qui permet de commander un taxi en temps réel et sans frais d’approche à l’image des VTC, vient de boucler sa deuxième levée de fonds. Elle vient ainsi de lever 475 000 euros en faisant confiance à la plateforme Kriptown, nouvel acteur de l’investissement dans les start-up, qui propose à ces dernières des levées de fonds en ITO (Initial Token Offering).

La start-up Tako, qui avait levé 350.000 euros début 2017, démarrait il y a deux mois sa deuxième levée de fonds. Pour ce faire, elle a choisi de faire confiance à un nouvel acteur sur le marché : la fintech Kriptown, spécialiste de l’ITO (Initial Token Offering). Le principe ? Combiner la technologie des ICO (Blockchain et smart-contracts) avec le modèle de l’IPO (l’Entrée en Bourse), créant ainsi une Bourse des start-up leur permettant de lever des fonds en Euros, pour ensuite coter les tokens sur un marché secondaire.

La promesse faite à Tako de lever des fonds rapidement, facilement et à des frais proches de 0, a donc été tenue puisqu’il a fallu à peine 2 mois pour boucler la levée. Tako a pu bénéficier de l’accompagnement gratuit proposé par Kriptown à chaque start-up à savoir l’élaboration et la standardisation d’un document « White Paper » validé par trois tiers de confiance : un commissaire aux comptes, un cabinet d’avocats et une plateforme de notation (Estimeo). Inspiré du prospectus AMF, ce document normé et complet synthétise les informations de la start-up, pour permettre aux investisseurs un choix avisé et fiable.

Tako va donc pouvoir poursuivre son développement afin de conquérir le marché des 60.000 taxis de la métropole, dans un contexte réglementaire qui leur est favorable (Loi mobilité LOM). « Nous sommes très heureux et très fiers d’avoir été sélectionnés par Kriptown pour réaliser cette levée de fonds. Ce succès est autant celui de TAKO que celui de Kriptown ! Le nouveau concept de financement proposé par Kriptown est une vraie nouveauté parfaitement adaptée aux Startups et aux investisseurs » déclarent les deux co-fondateurs, Arnaud Choukroun et Benjamin Nabet.

Kriptown, qui vient par ailleurs d’intégrer le programme d’incubation plateform58 de la Banque Postale, travaille déjà à la mise en ligne de la prochaine start-up sur sa plateforme, dont le nom sera connu dans les prochains jours, ainsi qu’au bon fonctionnement de son marché secondaire tout juste lancé, raison d’être de la Fintech. Car en émettant des tokens de la start-up lors de sa levée de fonds, Kriptown permet ainsi à quiconque de devenir détenteur de tokens dont la valeur est liée à celle des parts de cette start-up. Ainsi, de la même façon que sur des plateformes de trading boursier, les investisseurs ont accès à un marché secondaire, leur permettant d’acheter ou revendre leurs tokens en un clic. Les investisseurs ne sont ainsi plus bloqués de nombreuses années en attendant une entrée en Bourse hypothétique et participent en temps réel à la valorisation continue des tokens.

Olivier Levy-Barouch, Directeur de la Stratégie et de l’Innovation, La Banque Postale : « La réussite de Mark et son équipe lors de cette première opération est exceptionnelle à plusieurs titres (commercial, réglementaire, technologique,…) et je m’en réjouis en tant que parrain. Il fait partie de ces startuppers audacieux que nous sommes fiers d’accueillir dans le cadre de notre programme d’incubation platform58. »

 

En Savoir plus sur Kriptown

Mark Kepeneghian, CEO de Kriptown, ancien des salles de marchés chez Rothschild, s’est intéressé à la modélisation des risques financiers et plus particulièrement aux risques liés au manque de liquidité, risque le plus important sur les petites capitalisations.

Il rencontre Arnaud Mournetas, du monde du conseil, qui a fondé l’incubateur privé Redstart. Celui-ci privilégie la pérennité des start-up incubées en les accompagnant opérationnellement, et en mettant leurs compétences à leur disposition.

Rejoint par deux développeurs Fullstack et experts en Blockchain, ils s’attèlent alors à résoudre le problème d’illiquidité dans l’investissement en start-up en créant un marché secondaire : Kriptown est né.

La Fintech utilise une technologie Blockchain, sous-jacente des crypto-monnaies. C’est pourquoi elle a choisi ce nom, souhaitant faire un clin d’oeil à cet univers. Son nom traduit aussi sa volonté de développer l’économie française en permettant à des start-up de lever des fonds. Une levée de fonds a pour effet de créer de l’emploi et donc de développer des villes, d’où la terminologie “town” pour ville en anglais.

Le logo quant à lui illustre le nom ainsi que l’idée de liquidité, en représentant à la fois un cours de Bourse mais aussi une ville qui se construit à l’image des 2 Buildings en filigrane. Enfin l’image du temple illustre le concept de la naissance d’une nouvelle ère pour les investisseurs, l’idée d’une large communauté avec un sentiment d’appartenance.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE