#InnovCup : Interview d’ Olivier Debeugny, Président de Lingua Custodia et juré Innov’Cup by HSBC

0
103

Innov’Cup est un concours organisé par HSBC et Finance Innovation. À la clé, 75.000 euros de dotations réparties en deux catégories : le risque de crédit et l’assurance. Olivier Debeugny, Président de Lingua Custodia, répond à nos questions dans le cadre de sa participation au jury du concours Innov’Cup.

 

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre activité au sein de votre entreprise/institution ?

Je m’appelle Olivier Debeugny et je suis Président de Lingua Custodia, une Fintech qui applique des techniques d’Intelligence Artificielle – le Machine Learning – aux traductions financières. J’ai fondé Lingua Custodia en 2011 pour répondre à toutes les problématiques de traduction que j’avais rencontrées au cours de mes 18 années de carrière dans la finance : traduire de plus en plus vite, dans un plus grand nombre de langues, de manière flexible et en contrôlant les coûts… sans rien céder sur la qualité !

Nous sommes aujourd’hui une quinzaine de personnes chercheurs, linguistes, data scientists et anciens financiers et nous avons une cinquantaine de clients dont de très grands groupes comme HSBC.

 

Quelle est votre vision de l’innovation francilienne aujourd’hui ?

Hyper active, dynamique et bouillonnante d’idées sur l’ensemble du territoire et à l’étranger où les Français se lancent parfois directement ! Et aussi bonne que soit leur idée de départ, ils doivent tous affronter trois difficultés majeures rencontrées par les créateurs/rices de start-up à leurs débuts comme en phase de croissance : se faire connaître, trouver des financements et convaincre leurs premiers clients.

 

Pourquoi soutenez-vous le concours Innov’Cup ?

Pour répondre aux trois défis cités, je me réjouis de pouvoir contribuer à cette initiative qui constitue l’un des leviers permettant aux porteurs de projets de dépasser le stade de l’idée. Chez Lingua Custodia, nous avons aussi bénéficié de ce type d’accélérateurs en remportant un Fintech Award au Luxembourg par exemple ou encore en étant la seule Fintech française sélectionnés pour le Global Hackcelerator à Singapour.

Nous avons aussi été soutenus par l’Innovation Lab d’HSBC avec qui nous avons organisé un évènement commun à Paris. Autant de moyens d’accroître notre notoriété et crédibilité de jeune entreprise qui nous ont permis lors de notre lancement de signer nos premiers contrats avec de grandes institutions financières.

 

À quoi serez-vous particulièrement attentif pendant le prochain jury ?

Avant tout, à être extrêmement bienveillant ! Présenter votre projet, auquel vous consacrez 100 % de votre temps et bien souvent une grande partie de vos économies – devant un jury, est un mélange très particulier de plaisir et de stress, l’enjeu est considérable pour l’avenir de votre entreprise (et le vôtre) ! Le jury se doit d’être critique de manière très constructive. Participer à ce type de concours ne doit être une perte de temps pour personne. Les porteurs/ses de projets qui ne gagneront pas la première place, doivent tous y avoir gagné quelque chose.

En phase finale, les critères classiques d’évaluation – réponse au challenge à relever, qualité de l’idée, réalisme de la mise en œuvre – seront tous remplis. Le plus important sera donc de pouvoir évaluer la capacité du porteur/se du projet et/ou de son équipe à le faire vivre.

Et la question la plus importante à laquelle chaque entrepreneur(e) doit toujours pouvoir répondre est : qu’est-ce qui pourrait faire que l’aventure s’arrête ? Les réponses peuvent être très variables d’un projet à l’autre mais connaître la réponse à cette question, avoir identifié et anticipé ce ou ces risques potentiels constitue pour moi l’un des éléments clés de la réussite. Pour conclure : bonne chance à toutes et tous et je me réjouis par avance de découvrir vos projets !

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE