Interview d’Adrien COURET : « soutenir et encourager des entrepreneurs qui posent les bases de la relation client de demain ».

0
464

Le 2 février avait lieu la Cérémonie de remise de prix du concours « Fintech de l’année 2016 » organisé par le Pôle de compétitivité mondial FINANCE INNOVATION en partenariat avec Bpifrance et le soutien des 360 membres du pôle. Ce concours vise à mettre en avant les startups françaises Fintech et récompense les plus prometteuses, plébiscitées aussi bien par le vote du public que par un Jury de 13 experts.

Nous avons interrogé les membres du jury de « Fintech de l’année 2016 » pour en savoir plus sur leur parcours et les raisons pour lesquelles ils soutiennent ce concours innovant.

Merci de vous présenter en quelques mots :

Adrien COURET, Directeur Général Délégué Groupe Macif. Ma mission est d’orienter les transformations de nos métiers d’assurance et les nombreuses opportunités d’innovation au bénéfice de nos 5 millions de sociétaires.

Pouvez-vous nous présenter également votre structure :

 La Macif est régulièrement reconnue comme l’assurance préférée des français, grâce à une qualité d’offre multi-métier (assurance auto, habitation, santé, prévoyance, épargne) et à une relation de confiance avec ses 5 millions de sociétaires, où se retrouve une identité mutualiste riche de bientôt 60 ans d’histoire.

Pourquoi soutenez-vous le concours Fintech de l’Année 2016 ?

C’est un lieu d’excellence et d’émergence, où l’on peut soutenir et encourager des entrepreneurs volontaires, qui posent les bases de la relation client de demain.

Quelle thématique Fintech vous tient le plus à cœur ?

La Macif est soucieuse de la protection apportée à ses assurés, et les objets connectés de la vie quotidienne sont une opportunité formidable pour développer de vrais services d’accompagnement en continu, notamment pour prévenir des situations de fragilité.

 En tant que membre du Jury, quel type de startup ferait pour vous le gagnant idéal ?

Une start-up avec un énorme impact en termes de service client, en particulier si elle est soucieuse de la dimension inclusive des services financiers. Avec la vague technologique qui monte, l’accessibilité va devenir un enjeu de plus en plus prégnant, et il faut prendre gare à ne pas créer de nouvelles discriminations, surtout en tant qu’entreprise mutualiste.

Selon vous quelle question avons-nous omis de vous poser (Et votre réponse) ?

Si ma participation au jury du concours Fintech était à refaire, ce serait sans hésiter.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE