Interview de Fadila PALMER (Lunalogic) : « Le marché des Fintech sur le marché français est en pleine effervescence et nous nous en réjouissons ».

0
293

Le 2 février avait lieu la Cérémonie de remise de prix du concours « Fintech de l’année 2016 » organisé par le Pôle de compétitivité mondial FINANCE INNOVATION en partenariat avec Bpifrance et le soutien des 360 membres du pôle. Ce concours vise à mettre en avant les startups françaises Fintech et récompense les plus prometteuses, plébiscitées aussi bien par le vote du public que par un Jury de 13 experts.

Nous avons interrogé les membres du jury de « Fintech de l’année 2016 » pour en savoir plus sur leur parcours et les raisons pour lesquelles ils soutiennent ce concours innovant.

Merci de vous présenter en quelques mots :

Je suis Fadila PALMER, présidente et fondatrice de Lunalogic. De formation ingénieur (diplômée de l’ENSEM) et titulaire d’un Master en Intelligence Artificielle(Nancy I), j’ai démarré ma carrière dans le monde des systèmes experts pour la finance de marché.

 

Pouvez-vous nous présenter également votre structure :

Lunalogic est un cabinet de conseil spécialisés en finance de marché et en gestion des risques depuis 2000, avec 3 implantations (Londres, Hong Kong et bientôt Casablanca), dont les 80 collaborateurs sont issus des meilleures formations en tant qu’ingénieurs financiers (grandes Ecoles ou grandes Universités françaises et internationales).

Nous sommes membres du Pôle Finance innovation depuis 2008Nos clients sont les institutions financières (banques de Financement et d’Investissements, Asset Managers et de grandes entreprises) qui apprécient particulièrement les compétences de nos consultants sur les métiers de la finance, de la règlementation et des risques.

 

Pourquoi soutenez-vous le concours Fintech de l’Année 2016 ?

Mon parcours en tant qu’ingénieur R&D m’a amené naturellement dès 2000 à réaliser des projets internes pour anticiper les transformations ou les innovations dans le monde de la finance. Nousavons nous-mêmes participé à plusieurs projets labellisés par le Pôle depuis 2009 et nous avons créé 2 startups dans les conditions de marchés qui n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’huiDepuis quelques années, le marché des Fintech sur le marché français est en pleine effervescence et nous nous en réjouissons.

Nous avons décidé de contribuer à la création d’une offre de co-innovation entre FinTech et lesétablissements financiers, notamment en validant les offres de ces startups pour les grands groupes bancaires et financiers et en accompagnant l’intégration des solutions Finech chez nos clients.

Nous participons bénévolement à cette sélection des meilleures offres de FinTech auprès du Pôle Finance Innovation (avec nos ingénieurs pour mettre en place le scoring ou pour présenter un prix) et nous sommes très heureux d’aider un peu avec le Prix du Public cette année des jeunes pousses à grandir. Nous avons-nous-mêmes été jeunes pousses il y a 17 ans et cela nous semble un juste retour des choses.

Quelle thématique Fintech vous tient le plus à coeur ?

Le cabinet se positionne sur les sujets de transformation digitale de l’industrie financière qui intègrent des notions de data analytics et de machine learning en nous appuyant sur notre expertise historique en mathématiques financières et en systèmes d’information.

 

En tant que membre du Jury, quel type de startup ferait pour vous le gagnant idéal ?

 

Une équipe motivée, déterminée , jeune et enthousiaste, avec de l’ambition pour aller loin, une équipe avec des valeurs également autres que la réussite matérielle. Egalement une équipe complémentaire, avec des compétences clésur des sujets complexes un projet créateur de valeur avec un grand marché potentiel.

 

Avez-vous eu plaisir à travailler sur ce projet ?

 

Joelle Durieux et son équipe du Pôle Finance Innovation font un travail de fond formidable et nous avons eu grand plaisir à participer depuis 2 ans à cette aventure du concours de la Meilleure Fintech de l’année avec les autres membres du Jury qui sont autant sympathiques que professionnels.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE