Lyra : une stratégie centrée sur l’innovation

0

Le Groupe Lyra traite chaque année plus de 11 milliards de paiement. Fondée en 2001 par Alain Lacour, la Fintech est devenue en quelques années leader sur le marché français de la sécurisation des paiements online et offline. En France, près de 55.000 e-commerçants sont équipés de ses solutions e-commerce destinées à offrir aux clients un système de paiement flexible. Interview avec son Directeur Général, Anton Bielakoff.

Un acteur incontournable du paiement en ligne

Le Groupe Lyra, installée à Labège, dans l’agglomération toulousaine, fait face à une croissance exponentielle : près de la moitié des paiements en France passent par son infrastructure. Créée il y a 18 ans sur une activité initiale de monétique, Lyra s’est positionné sur le marché du e-commerce en 2010 avec le lancement d’une première offre développée en marque blanche et destinée au groupe BPCE. D’autres marques blanches ont rapidement suivi notamment celles de la Société Générale et du Crédit du Nord.

« En 2017, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a accordé à Lyra le statut d’établissement de paiement européen. Ce nouveau statut a permis à la société de se positionner comme un partenaire incontournable des e-commerçants européens mais aussi de devenir collecteur des fonds pour les places de marché. En assurant la collecte et la gestion des fonds, Lyra se tourne vers une nouvelle catégorie de clients qui représentent une grande partie de la croissance du marché », précise Anton Bielakoff. La stratégie du groupe a porté ses fruits puisqu’en 2018, son chiffre d’affaires atteignait 60 millions d’euros. En 2019, Lyra devrait être la 2ème société française la plus importante en termes de chiffre d’affaires sur le secteur des paiements.

Pour assurer sa croissance, Lyra poursuit son développement à l’international et tout particulièrement en Amérique Latine et en Inde. « La société est présente depuis 2004 au Brésil, depuis 2016, au Chili et au Mexique. En 2017, nous avons ouvert de nouvelles filiales en Argentine, en Colombie et au Pérou afin de proposer à nos clients une offre globale associée à une véritable proximité géographique. Dans ces pays, 20 % des paiements se font sur mobile, contre 12 % en France. Lyra souhaite profiter de cette dynamique pour proposer ses solutions innovantes en matière de paiement », explique Anton Bielakoff.

L’innovation au service du client

« Nous avons deux métiers : la monétique (terminaux de paiement) et le e-commerce. Dans le cadre de notre activité monétique, nous proposons des outils qui permettent d’assurer le suivi et la sécurisation des transactions, la gestion de parc. En matière d’e-commerce, lutter contre la fraude, optimiser ses ventes en ligne et améliorer son taux de conversion par une meilleure fluidité du paiement sont nos challenges quotidiens. Innover est important dans notre secteur en évolution permanente mais cela n’a de sens que si le service que nous délivrons est fiable et nous sommes reconnus comme des experts du paiement par nos clients », précise-t-il.

Lyra propose deux types de solutions à ses clients : une solution de plateforme technique « PayZen » et une solution de paiement globale « Lyra Collect ». La société agit donc en tant que passerelle de paiement lorsqu’un marchand signe un contrat de vente à distance avec sa banque et un contrat technique avec elle, mais également en tant qu’établissement de paiement (Service tout inclus). Dans ce dernier cas, le marchand passe uniquement par son intermédiaire.

« Lyra se doit de continuer à être innovante en anticipant les technologies de demain. Nous avons pour objectif d’enrichir rapidement nos solutions via des moyens de paiement répondant aux attentes de nos clients. En matière d’innovation, notre projet le plus important est actuellement le 3DS2, une nouvelle version du 3DSecure qui entrera en service le 19 septembre prochain. Lyra est la première société française à avoir obtenu la certification EMVCo pour ses solutions de paiement indispensable pour accompagner cette évolution dans le cadre de la DSP2 », affirme Anton Bielakoff. Concrètement, ce n’est plus au marchand mais à la banque émettrice de l’acheteur qu’il appartiendra de déclencher ou non une authentification. Le 3DS2 se veut donc « frictionless » et permettra également une authentification en mode Pop In dans l’objectif de limiter les abandons.

Plusieurs autres nouveautés sont prévues pour 2019 comme le paiement par WhatsApp encore peu développé en France. Par ailleurs, Lyra a récemment mis au point l’acceptation des Titres-Restaurant dématérialisés alors que cela était auparavant quasiment impossible. « Lorsqu’un client commande en ligne, il peut payer une commande en Titre-Restaurant (jusqu’à 19 euros par jour selon la loi) et régler l’éventuel solde par carte bancaire ».

Avec ces solutions, Lyra compte s’imposer durablement sur le marché du paiement en ligne en France et à l’international. « De nombreux défis ont été relevés mais en 2019, les acteurs devront s’adapter au contexte réglementaire avec l’arrivée de la DSP2 visant à renforcer la sécurité et la transparence des services de paiement en ligne. L’enjeu sera donc de sécuriser davantage les transactions sans pour autant freiner le paiement », conclut Anton Bielakoff.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE