Meilleurtaux .com, la pure player de l’immobilier

0
719

La production de crédit immobilier passe en France majoritairement par le biais d’intermédiaires. A ceci, s’ajoute le fait que le numérique chamboule très fortement les financements immobiliers. De nouveaux acteurs, issus principalement du web, s’invitent de plus en plus dans le secteur. Parmi ces derniers, on retrouve le pur Player issue du web Meilleurtaux.com.

Étant apparu à la fin des années 90 au côté des tout premiers sites internet, cette société tente de créer des liens entre particuliers à la recherche de financement et les banques proposant des crédits à cet effet.

Face au recul de plus en plus croissant des banques au niveau des activités de conseil et d’accompagnement, le besoin des particuliers, pas toujours informés des processus de financement immobilier ne fait que grandir. Meilleurtaux.com tente donc de reprendre cette activité, et va au-delà d’une simple recherche de crédits, en tentant de mettre sur pied un véritable système d’accompagnement.

En effet, dès 2001, cette société se rend compte de l’existence de ce besoin de conseil, et met sur pied des succursales physiques, en contact direct avec les particuliers. Hervé Hatt, directeur de Meileurtaux.com, déclare par ailleurs que la société a produit 72 milliards d’euros de crédit immobilier en 2015 et que « les clients entrent majoritairement par le web et sortent vers les agences ». Par ailleurs, la société reçoit mensuellement une moyenne de 70 000 demandes d’information sur des crédits immobiliers, et s’en sort avec 2,5 millions de visiteurs par mois environ.

Le progrès de Meilleurtaux.com a par ailleurs attiré les grandes banques internationales. En effet, la société a annoncé il y a peu de temps son rachat par la géante Goldman Sachs (ou plus précisément, Equistone Partners Europe). Afin de justifier ce rachat, Hervé Hatt a déclaré que Meilleurtaux.com était à la recherche d’un investisseur doté d’un fort savoir technologique.

Le succès de Meilleurtaux.com, qui ne date pas d’hier, ne nous laisse qu’imaginer quelle ampleur la Fintech prendra dans le secteur du crédit immobilier. Par conséquent, on se demande si l’exemple de société que l’on vient de voir ne sera pas repris par d’autres entrepreneurs, qui chercheront peut être à introduire la Fintech dans d’autres domaines du crédit bancaire, comme celui des crédits à la consommation ou encore des prêts étudiants.

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE