Stephane Nouy : « Moneythor rend les services numériques bancaires plus pertinents et personnels »

0

Créé en 2013, l’éditeur de logiciels de gestion de finances personnelles, Moneythor, accompagne les institutions bancaires dans leur digitalisation.

Basée à Singapour, Paris et Tokyo, la jeune pousse étend son offre à de nouveaux marchés convaincue de pouvoir aider les banques dans le développement de leurs services numériques. Interview avec Stephane Nouy, cofondateur de Moneythor, en charge de l’entité Europe / Moyen Orient.

Aider les banques à relever les défis du numérique

Moneythor a été créée par trois entrepreneurs français :  Olivier Berthier, Thibault Weinraub et Stephane Nouy, avec une vocation : fournir les outils nécessaires aux banques pour personnaliser leurs services dédiés aux clients professionnels comme particuliers. « La solution Moneythor permet aux banques d’enrichir leurs services digitaux (Mobile, Web, Chatbot), non seulement de nouvelles fonctionnalités de PFM (Personal Finance Management / gestion des finances personnelles), mais surtout de recommandations personnalisées et contextuelles », précise Stephane Nouy.

En 2017, Orange Bank a été l’une des premières banques à recourir aux solutions proposées par Moneythor. Ce contrat a confirmé la capacité de son offre à accompagner le lancement de nouvelles banques digitales à travers le monde. « Notre solution pousse les analyses et services proposés aux clients plus loin que le PFM « classique » par cette génération dynamique de recommandations personnalisées, contextuelles et prédictives. Ceci crée l’engagement digital qui manque aux banques aujourd’hui et représente une vraie création de valeur pour le consommateur mais aussi pour la banque avec de nouveaux axes de développement de sa relation clients et de nouvelles opportunités de communication marketing, de vente croisée de ses produits ou d’offres externes ». L’éditeur de logiciels a déjà séduit plusieurs dizaines de banques internationales (DBS, Standard Chartered, HSBC, CIMB, Orange Bank, Arkéa, ANZ, BNZ, etc.) notamment asiatiques. Récemment, la startup a ouvert un bureau à Tokyo pour répondre à la demande croissante des banques de mettre en place des solutions numériques adaptées aux besoins de leurs clients.

Un partenariat avec Bank of New Zealand (BNZ)

Moneythor a conclu un partenariat avec BNZ en septembre 2019 afin qu’elle puisse fournir à ses clients des conseils et des recommandations personnalisées sans se limiter aux fonctionnalités bancaires traditionnelles. « BNZ a choisi notre solution dans le cadre du refactoring de son application mobile et de sa banque digitale plus globalement, pour booster son engagement digital d’une part, et mettre en place un programme de cashback en s’appuyant sur notre analyse des transactions et ciblage des offres associé, d’autre part », ajoute Stephane Nouy.

Plusieurs autres projets sont en cours. Moneythor échange avec plusieurs banques et Fintech étrangères qui proposent à leurs clients des services d’agrégation de compte. Actuellement en phase de développement commercial, la société prévoit en effet de conquérir de nouveaux marchés, par exemple le Moyen-Orient et l’Afrique.

« Nous poursuivons également l’implémentation de nombreux Use Cases d’Open Banking, Chatbot, programmes de fidélité et Cashback orchestrés par nos recommandations. Ce qui enrichit constamment notre bibliothèque de recommandations et les cas d’usages associés. Enfin, nous développons notre solution pour la clientèle de Business Banking / PME, marché où les banques commencent à être challengées », conclut Stephane Nouy.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE