@ThibVerbiest nous parle de l’Open-Banking et du livre blanc sur la seconde directive sur les Services de Paiement

0
944

En Décembre 2016, la société Galitt, spécialisée dans les paiements et le cabinet d’avocats De Gaulle Fleurance & Associés ont réalisé un livre blanc sur l’Open-Banking et les enjeux de la transposition en France de la seconde directive sur les Services de Paiements, dite DSP2. Cette directive sera transposée en droit français au plus tard en janvier 2018 et changera le fonctionnement du monde de la banque de manière considérable.

Pour en savoir plus, Hello Finance a échangé avec Thibault VERBIEST, avocat associé du cabinet De Gaulle Fleurance & Associés.

 Bonjour, pourriez-vous nous en dire plus sur le contexte de la directive ?

La directive DSP2 est considérée par le secteur bancaire comme une véritable révolution dans l’architecture des paiements. Auparavant, les banques étaient les seules à gérer les comptes de leurs clients. Le numérique a fait émerger de nouveaux acteurs : des agrégateurs et des initiateurs de paiements.

  • Les premiers, comme Bankin’, sont déjà connus en France. Ces entreprises vous proposent une vision synthétique de vos comptes en temps réel et vous conseillent pour mieux gérer votre argent.
  • Concernant les initiateurs de paiement, ce modèle est très développé en Allemagne. Ce sont des sites qui effectuent les virements en votre nom en ayant accès à votre compte.

Sans statut particulier, ces entreprises étaient en conflit avec des banques qui avaient tendance à refuser l’accès aux « sanctuaires intouchables » que constituent les comptes des clients.

Qu-est-ce qui changera avec l’application de la Directive sur les Services de Paiements ?

La Directive sur les Services de Paiement a pour objectif de stimuler la concurrence et l’innovation dans le secteur. Elle introduit un statut légal à ces structures et donne la liberté aux clients de disposer de leurs données bancaires (dans le cadre d’opérations de paiement) et de les confier à des tiers en ouvrant ainsi une voie pour le développement de ce qu’on appelle l’Open Banking.

Cela devrait complètement changer la donne pour les banques ?

Oui, la gestion de comptes des clients est une activité vitale pour les banques. La sécurité des données dans un nouveau cadre est un élément fortement critiqué par les banques tout comme la façon dont la Commission européenne impulse la mise en concurrence.

La Directive sur les Services de Paiements ne sera mise en œuvre qu’en 2018. Toutefois, les banques doivent dès à présent prendre acte de l’évolution du secteur et anticiper le mouvement de l’Open Banking. Se posent non seulement les questions de projection à court et moyen terme, mais aussi de l’avenir de l’activité bancaire dans le monde du digital.

Pour essayer de répondre à tous ces questions, nous avons rédigé un Livre blanc, analysé les incidences juridiques et décrit ce nouvel écosystème bancaire en construction. Nous avons aussi présenté les enjeux de cet écosystème et les premières initiatives proposées. Le livre blanc a également été enrichi par des interviews de différentes parties prenantes.

Vous pouvez solliciter le livre blanc ICI

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE