La fintech britannique Zopa se tourne vers la banque nouvelle génération

0
1900

Zopa, fintech pionnière du prêt entre particuliers (P2P lending) se lance à l’assaut du marché de la banque nouvelle génération. Avec plus d’un milliard et demi de livres sterling prêtées en juin 2016, ses nouvelles perspectives de développement promettent un bel avenir à la pépite anglaise.

Une nouvelle licence bancaire pour poursuivre son développement 

Ses perspectives de développement sont soumises à l’obtention  d’une licence bancaire qui lui permettra d’enrichir son offre initiale : le prêt entre particuliers. Elle souhaite offrir de nouveaux produits d’épargne sur lesquels elle se rémunérera, adoptant ainsi un modèle économique alternatif à la doxa du milieu bancaire comme la rémunération prélevée sur les dépôts, agios sur les découverts, etc. Zopa pourrait ainsi faire naître la banque nouvelle génération d’ici un à deux ans, le temps de présenter sa demande aux autorités financières britanniques.

Des signaux qui confortent ce pivotement de business model :

Ce nouveau modèle s’inscrit comme la nouvelle brique d’une entreprise déjà solidement implantée dans l’écosystème innovant britannique. Zopa détient, une base de 60 000 prêteurs et de 150 000 emprunteurs, pour un total d’un milliards et demi de livres sterling prêtées en juin 2016, avec, excusez du peu, une satisfaction client sans aucune mesure par rapport aux banques classiques.

Ces chiffres viennent confirmer l’opinion de certains observateurs qui qualifient l’effervescence des fintechs  comme une « deuxième vague de disruption » qui aurait la force de bouleverser en profondeur le cœur de métier de banquier. A l’instar de Zopa, les fintechs prouvent leur solidité et leur capacité à devenir des concurrents dangereux des banques classiques. Dans ce cadre, n’est-il pas désuet d’opposer les banques et les fintech ? Celles-ci étant de plus en plus traitées d’égale à égale par les autorités réglementaires, il s’agirait pour les banques d’en faire de même. Aussi devraient-elles encourager les échanges avec ces jeunes pousses talentueuses, capables de capter les signaux faibles du marché avec une acuité surprenante. Aussi sont-elles les plus aptes à transposer les technologies digitales dans un domaine historiquement en retard sur son temps. En témoigne ZOPA dont les services sont entièrement digitalisés.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE